Haus am Platz

, Jenaz GR

Située au cœur de la localité de Jenaz (GR), la «Haus am Platz» (maison de la place) est une construction en madriers, bronzée par le soleil et décorée d’inscriptions. Avec d’autres maisons des Walser aux petits jardins datant du XVIe au XVIIIe siècle, elle donne sur la fontaine du village.

Disponibilité

à partir de (par semaine)
1314.-
6 Personnes
3 Chambres
Parking privé
Réserver
Vous allez être redirigé vers la plateforme de notre partenaire e-domizil, sur laquelle sera conclue votre réservation.
Agir

Description et histoire

Après l’incendie de décembre 1726 dans le hameau de Geesbühl, la Haus am Platz a été la première maison construite directement sur la place du village. Elle fait partie de trois édifices contigus appartenant à la famille Zingg. Bâtie en 1728 pour Hans, elle a été complétée en 1730 et 1732 par deux bâtiments destinés à ses frères. C’était une période prospère pour cette famille: de retour du service étranger en France, le jeune «Feldscher» (barbier-chirurgien chargé des soins aux soldats) Christian Zingg s’établit comme «chirurgien» et médecin du village, et participa à l’ouverture des bains de Jenaz afin de profiter de la vogue des soins de bien-être. Le village voisin de Fideris, par exemple, avait déjà acquis une belle réputation avec sa source minérale.
 

En 1802, la Haus am Platz a vu naître un autre Christian Zingg, qui deviendra un célèbre hôtelier à Hambourg: il y fit construire en 1846 le «Zingg’s Hotel und Caffeehaus» par Auguste de Meuron, un architecte en vogue. Une assiette du Zingg’s Hotel est revenue on ne sait comment à Jenaz. À l’époque, la plupart des villageois vivaient du bois en hiver et de l’élevage pratiqué à toutes les altitudes dans les Alpes. Aux XVIIIe et XIXe siècles, cette existence misérable poussait de nombreux habitants à quitter la vallée de Prättigau. Mais beaucoup restaient en contact avec leur patrie. Ainsi, un Gustavo Zingg, de Caracas, fit des dons généreux pour des livres scolaires et une nouvelle cloche destinée à l’église lors d’une cure thermale à Bad Ragaz en 1948. Les ancêtres de ce Vénézuélien avaient aussi vécu dans la Haus am Platz.

L’essor du tourisme, à la fin du XIXe, offrit enfin de nouvelles places de travail dans la région. Le vase posé sur le buffet du salon, avec la vue de «Bad Pfäfers», était-il un cadeau à un fidèle employé ou à une collaboratrice donnant son congé pour se marier? Au XXe siècle, le temps s’est peu à peu arrêté à la Haus am Platz. La petite agriculture et le jardin de subsistance n’assuraient plus grand-chose à la famille qui l’habitait: on exerçait désormais le métier de charpentier, les légumes et les fruits du potager n’apportant guère plus qu’un appoint financier. En témoignent les grands seaux en fer dans lesquels les mûres étaient apportées année après année à l’Hotel Saratz, de Pontresina, qui en faisait des confitures très appréciées de ses hôtes. Au cours des ans, seules des transformations modestes furent apportées à la maison qui, finalement, attendit longtemps un nouveau propriétaire. En 2017, elle fut acquise par un couple d’architectes du lieu qui entama une rénovation légère.

La Haus am Platz est en mains privées. Elle est louée via la fondation Vacances au cœur du patrimoine.

Bild
1
Bild
2
  1. Vue ancienne de la Haus am Platz, au début du XXe siècle (Truog).
  2. L’assiette du Zingg’s Hotel, de Hambourg.

Particularités architecturales

La partie ancienne de Jenaz se situe au-dessus du fond de la vallée, sur une terrasse alluviale de l’ère glaciaire. Les grandes demeures en bois qui donnent son caractère au site (classé comme d’importance nationale) datent des XVIIe et XVIIIe siècles. Certains bâtiments sont même plus anciens, comme l’église voisine qui remonte au XIIe siècle.

Avec ses murs en madriers entrecroisés et son pignon orienté sur la place du village, la Haus am Platz correspond à la tradition des villages romans, clos à l’origine, où les espaces de vie étaient tournés vers la fontaine. Des supports à volute peints, des consoles ornementales et des frises portant des inscriptions décorent la façade depuis 300 ans (en haut: «Allhier wir alle Pilger sind, die gar geschwind forteilen, wie der schnelle Wind» / «Nous sommes tous ici-bas des pèlerins qui, comme le vent rapide, nous hâtons»; en bas: «Ein rechter Glauben für jeden Christ, die schönste Zird auf Erden ist / Weise mir Herr Deinen Weg, dass ich wandle in Deiner Wahrheit, erhalte mich bei dem Einigen, dass ich Deinen Namen fürchte» / «Une foi sincère est, pour chaque chrétien, le plus beau trésor de la terre / Enseigne-moi tes voies Seigneur; je veux marcher dans ta fidélité; attache mon cœur à la crainte de ton nom», psaume 86). La bande ondulée est appelée «laufender Hund» (chien courant) et les deux écussons en tôle, de la Bâloise et de l’Helvetia, témoignent d’une époque où il n’y avait pas encore d’établissement cantonal d’assurance pour les bâtiments. Tout en haut, on peut lire le nom du propriétaire, Hans Zingg, avec sa marque personnelle (une flèche tirée vers le haut) et 1728, la date de construction.

La construction en madriers superposés permet de deviner aisément de l’extérieur la structure du bâtiment: le salon et l’antichambre donnent sur la place. Ils sont surmontés par une grande et une petite chambre à coucher alors qu’une dépense pour les harnais est ménagée sous le toit. Sur le plan, on remarque que les liaisons sont assurées par un couloir central et par l’aile maçonnée de la cuisine. Plus insolite, l’espace supplémentaire en direction de l’étable a été peut-être ajouté après coup – en tout cas, il n’a jamais été entièrement aménagé. Les galeries latérales, décorées de fleurs, se rencontrent dans tout le village. Enfin, le jardin et une petite étable complètent l’ensemble.

Bild
1
Bild
2
  1. Des supports à volute peints, des consoles ornementales et des frises portant.
  2. Les deux enseignes en fer blanc de Basler et Helvetia.

Informations sur la maison de vacances

Bild
1
Bild
2
  1. Plan du rez-de-chaussée
  2. Plan de l'étage

Cette maison traditionnelle sur deux étages est construite en madriers, avec une base et une cuisine maçonnées, et donne sur la place du village de Jenaz. La structure spatiale ancienne a été adaptée aux exigences actuelles grâce à quelques interventions réduites. Jusqu’à six personnes peuvent séjourner dans trois chambres à coucher et se détendre dans le salon et l’antichambre, ainsi que dans la vaste loggia et dans l’ancienne écurie transformée en couvert extérieur.

Un système de chauffage moderne rend cette ancienne demeure paysanne habitable toute l’année. Le traitement soigné des détails, telles les fenêtres avec leurs petits vantaux d’aération ou la sous-toiture en tavillons, correspond à ce que l’on peut attendre d’un séjour dans un monument. En saison, les hôtes peuvent récolter des herbes aromatiques dans le jardin historique.

La Haus am Platz est un bâtiment historique, un monument. Bien qu’elle soit conforme aux standards techniques modernes, nous attirons votre attention sur le fait que certains éléments fonctionnels comme les systèmes de fermeture des portes et fenêtres, les escaliers – en particulier la hauteur des marches, les rampes et les mains-courantes – ne correspondent pas aux normes actuelles et peuvent constituer une source de danger.

Personnes: 6

Chambre: 3 chambres à coucher, équipées chacune de deux lits.

Saison: Toute l’année

Bref séjour: Aucun (min. 7 nuits)

Altitude: 755 mètres

Animaux: pas autorisés

Transports publics: À Landquart, prendre le train des Chemins de fer rhétiques (RhB) pour Scuol-Tarasp et descendre à Jenaz après 15 minutes. Le trajet à pied depuis la gare dure encore 5 minutes: traverser la route principale dans la Dorfstrasse, puis passer devant la scierie, la boulangerie et l'ancien hôtel de ville et monter la colline dans un léger virage à droite. Devant la petite fontaine de la maison «Karlihof», tourner à gauche dans la petite et escarpée Platzgasse et marcher jusqu’à la place avec sa fontaine au centre. La Haus am Platz se trouve à gauche.

Stationnement: place de parc privée.

Espaces extérieurs: loggia couverte à l’étage supérieur ouvrant au sud et couvert extérieur le long de la maison avec vue sur la vallée, banc et jardin d’herbes aromatiques côté place, fontaine publique sur la place.

Wi-Fi: pas disponible

Chauffage: chauffage central dans toutes les pièces.

Poêle / cheminée: poêle maçonné au salon, fourneau à bois dans la cuisine.

Cuisine: cafetière italienne et cafetière française à piston, set à fondue, lave-vaisselle, pas de lave-linge.

Particularités: les sols sont en pierre ou en plancher. Nous recommandons d’emporter de bonnes chaussures d’intérieur. En hiver, veuillez ranger les chaussures dans les bacs mis à disposition.

Situation

Platz 9, 7233 Jenaz

Situation

Jenaz est situé au milieu de la vallée de Prättigau, à 755 mètres d’altitude (hameau supérieur). La population, essentiellement indigène, s’élève à 1200 habitants environ et les quelque 25 sociétés locales contribuent à l’animation du village. La plupart des familles vivent dans des maisons transmises de génération en génération, avec de jolis jardins soignés. Autrefois, les chemins du Mittelprättigau ne suivaient pas le cours tumultueux de la Landquart mais étaient accrochés aux flancs de la vallée. Les localités traditionnelles comme Jenaz, Fideris ou Luzein sont donc toutes installées au-dessus des voies de communication actuelles. Le cœur ancien de Jenaz ne fait pas exception: il est aussi perché – voire dissimulé – sur une terrasse au-dessus du fond de la vallée. Au centre se situe la place avec sa grande fontaine alimentée par deux sources différentes. Les maisons de bois, tannées par le soleil et décorées d’inscriptions et de fleurs, se dressent tantôt serrées, tantôt séparées par les jardins. Le village est toujours bordé par de vastes vergers anciens.

Histoire

Jenaz est évoqué dans la seconde moitié du XIIe siècle sous le nom de Junazis. À l’époque, le chapitre cathédral de Coire et le couvent de Saint-Nicolas y détenaient des terres mais le village relevait de la seigneurerie de Castels. Au XIVe siècle, des Walsers germanophones arrivèrent dans le Mittelprättigau rhéto-romanche. En 1436, Jenaz, qui faisait partie de la haute juridiction de Castels, devint membre de la Ligue des Dix-Juridictions. Durant des siècles, le village agricole vécut de l’élevage sur les nombreux alpages ainsi que des cultures céréalières et arboricoles. En 1733, la commune capta une source découverte à Valdavos et fit construire une maison d’hôtes et de bains. Les bains de Jenaz furent agrandis en 1766 afin d’accueillir 130 personnes. Exploités jusqu’à l’incendie de 1834, ils ont été ensuite démolis. La source thermale est accessible au public depuis la réfection du captage en 1941. La route de la vallée, élargie entre 1843 et 1863, ainsi que l’ouverture de la ligne de chemin de fer en 1889 ont favorisé le développement économique (construction et transformation du bois). En 2000, la moitié de la population active travaillait dans le secteur secondaire.

Loisirs

Le hameau supérieur (Oberdorf) de Jenaz se caractérise par ses qualités spatiales, avec ses ruelles étroites, ses jardins de subsistance soignés et un grand nombre de maisons en bois remarquables typiques de la vallée de Prättigau. Aujourd’hui encore, la foire au bétail sur le Brühl – la vaste prairie entre l’église et le village – au printemps, le grand marché de septembre (suivi d’un repas de midi au restaurant) et les manifestations des sociétés locales (voir les affiches dans le village) constituent autant de rendez-vous au calendrier des habitants. En outre, Jenaz est idéalement placé pour entreprendre de nombreuses randonnées en montagne et pratiquer un tourisme doux. Enfin, quelque 30 exploitations agricoles proposent de délicieux produits du terroir.

Expériences